CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

Denis Baudequin Secrétaire général de la CGT Educ Action

Semaine d’initiatives et d’actions du 30 janvier au 3 février

mardi 17 janvier 2006

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une situation où, malgré l’avalanche de mesures néfastes, les mobilisations s’avèrent plus difficiles. La situation est rendue encore plus complexe par le refus des différentes confédérations d’accepter de discuter de la proposition de la CGT, après son CCN du 8 décembre, de donner, ensemble, avant la fin janvier, des prolongements à la journée du 4 octobre

. Cette attitude pèse sur les rapports de forces, nuit à l’efficacité, et donc à la crédibilité du syndicalisme.

La nécessité de reprendre l’offensive sur les revendications a amené la CGT à confirmer sa décision. Cela doit conduire l’ensemble de ses organisations, militants et syndiqués, à se déployer pour assurer le succès des différentes actions programmées, complémentaires les unes des autres.

L’emploi et la politique éducative dans l’Education, la politique salariale dans la Fonction publique et le besoin de renforcer l’expression de solidarités revendicatives entre le privé et le public, nous conduisent à appeler l’ensemble des salariés de notre secteur :

- A faire grève le 2 février avec l’ensemble des salariés de la Fonction publique (appel CGT, CFDT, FO, FSU, UNSA) et à prendre part aux manifestations prévues ce jour là. L’interfédérale de l’Education (FAEN, FERC, FSU,SGEN, UNSA Education) a décidé de faire de cette journée le point fort de la semaine d’action dont elle avait arrêté le principe en commun.

- A participer aux différentes initiatives organisées le 31 janvier par les organisations CGT du public et du privé, rassemblements et manifestations, mais aussi en réunissant les personnels dans chaque établissement dans le cadre de l’heure d’information syndicale.

Dans la Fonction publique, devant des propositions gouvernementales largement insuffisantes (augmentation cantonnée à 0,5 % pour 2006 pour une inflation estimée à 1,8 % et non prise en compte du contentieux 2000/2005), l’unité, malgré la proposition initiale du 31 janvier portée par les organisations de la CGT (UGFF, Santé, Services publics, PTT), s’est finalement réalisée sur une grève actée pour le 2 février.

Dans notre secteur, les sujets de mécontentement et les raisons d’agir quant à eux ne manquent pas :

- Poursuite des suppressions d’emplois, réduction forcenée des places aux concours ;

- Eclatement des ZEP par la mise en place du dispositif « ambition réussite », où seuls 164 établissements (liste établie par le ministère) -54 autres identifiés par les rectorats restent à venir- bénéficieront de 1 000 emplois supplémentaires d’enseignants et de 3 000 postes d’assistants pédagogiques. Les 800 autres établissements concernés jusqu’à présent restant dans l’expectative quant aux moyens dont ils disposeront à la rentrée prochaine. Ce qui est sûr, c’est que ce dispositif est « financé » par redéploiement. En réduisant d’une ½ heure les horaires de 5è et de 4è de tous les collèges, le ministère récupère en fait 1 400 postes et « économise » ainsi, au passage, 400 postes !

 Mais aussi apprentissage « junior », remplacements de courte durée, journée de solidarité, reconduction des procédures décentralisées pour la hors-classe, suppression des groupes de travail pour les affectations de stagiaires...

Nous devons largement débattre avec les personnels de tous ces sujets après les avoir informés des conséquences sur leurs conditions d’emploi et de travail, sur leur déroulement de carrière ainsi que sur les missions de l’Ecole, et les moyens politiques nécessaires à leur réalisation.

Notre première responsabilité est de contribuer à la tenue du maximum de réunions dans les écoles, collèges et lycées afin que les personnels décident de leur participation à ces différentes initiatives.

Dans ce contexte, ce qui pourra être décidé et l’ampleur que nous pourrons donner à ces journées dépend aussi, pour une grande part, des configurations unitaires qui pourront être initiées. C’est aussi notre responsabilité d’y contribuer en prenant l’initiative de proposer à nos homologues syndicaux, dans les départements et les académies, une rencontre pour décider des modalités d’action les mieux appropriés.

Enfin, nous vous proposons, sur les questions de carte scolaire et de ZEP, de voir les possibilités d’actions communes avec les UD. Nous pourrions ainsi essayer, à partir d’une démarche départementale, de donner à l’intervention CGT une portée plus générale.

Bien syndicalement.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons