CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

Déclaration préalable de la CGT AU CAEN

jeudi 19 janvier 2017

La CGT Educ’Action constate avec consternation que les moyens alloués aux établissements du second degré de l’enseignement public ne sont toujours pas au rendez vous pour assurer des conditions d’apprentissage décentes à l’ensemble des élèves.

Ni les moyens alloués par le ministère de l’éducation nationale et, localement par le rectorat, ni les moyens alloués par la région Auvergne Rhône Alpes ne permettront d’assurer des conditions correctes d’enseignement.

Alors même que ceux-ci étaient déjà insuffisants, nous constatons une nouvelle dégradation qui se traduit :

_ Par la baisse des dotations de fonctionnement (Moins 9 millions, baisse votée le 14 avril 2016). Ces dotations ne permettaient déjà pas depuis de nombreuses années d’assurer le fonctionnement réel des établissements (entretien des locaux, chauffage, matériel – machines et fournitures pour les Lycées Professionnels, moyens de reprographie…)

_ Par la baisse de la collecte de la taxe d’apprentissage (consécutive à la réforme). La tendance s’annonce encore plus forte en 2017 : avec le dogme du « tout apprentissage », la région, en affectant aux CFA l’essentiel de la taxe d’apprentissage, asphyxie les Lycées Professionnels, Techniques et les SEGPA… Alors que 2/3 des élèves de niveaux BEP et CAP sont dans les lycées.

_ Par la baisse de 15 millions d’euros votée le 16 avril 2016 des crédits alloués pour les projets pédagogiques culturels par la région Auvergne Rhône Alpes. Cette baisse impacte directement les projets portés par les équipes éducatives depuis de nombreuses années, qui concourent à l’ouverture culturelle de nos élèves. Elle a également pour conséquence un véritable plan social dans le secteur culturel, de nombreuses associations, régies, compagnies se trouvant étranglées financièrement.

_ Par le non remplacement et le non recrutement de personnel suffisant pour assurer dans des conditions correctes l’accueil et l’entretien dans les lycées et lycées professionnels. Cette politique régionale se traduit par une dégradation des conditions de travail pour les agents et impacte directement les usagers du service public. Elle prépare, avec les réorganisations des services de cantine et d’entretien une politique de privatisation dont nous savons qu’elle sera non seulement plus coûteuse, plus inégalitaire, mais également d’une qualité inférieure.

 

La CGT Educ’Action s’inquiète également de la politique de la région Auvergne Rhône Alpes concernant la carte de formation : Le pilotage de la carte des formations est


accordé aux régions. Les conséquences se font déjà ressentir, la région Auvergne-Rhône -Alpes ferme des formations publiques dans certaines zones rurales ou refuse d’en ouvrir malgré la demande, au motif qu’elles existent dans le privé même si l’usager se trouve à plus d’une heure de route. Plus globalement, la tendance est de fermer des formations dans le public qui assurent une réelle insertion professionnelle, pour les transférer au privé ou aux CFA. Cette casse du service public n’est pas acceptable !

 

Pour ce qui concerne le domaine de compétence de l’éducation nationale, le rectorat de Lyon annonce lors de ce CAEN de nombreuses fusions d’établissements, soit par transformation en Lycée polyvalent, soit par la création de cités scolaires qui entraîneront des pertes de postes tant au niveau des vies scolaires que des personnels administratifs et techniques. Une nouvelle fois, au détriment du service public, des personnels et des usagers.

La fermeture du Lycée Martin Luther King traduit également cette politique de casse de l’enseignement professionnel public. La proposition de transfert des formations du rectorat ne garantie ni la pérennité des formations pour les élèves, ni des postes pour les personnels.

 

Cette orientation nous semble préjudiciable pour l’avenir des filières professionnelles sacrifiées sur l’autel de la formation privée, à l’antipode d’un service public ouvert à tous.

La CGT condamne cette logique de casse et de concentration qui n’obéit qu’à des choix politiques libéraux. Ces choix consistent, par des restrictions budgétaires, à asphyxier le service public alors même que se multiplient les cadeaux au patronat.

 

PDF - 486.3 ko

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons