CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

Venue à Lyon de Jean Michel Blanquer ce lundi 04 mars

mardi 5 mars 2019

JEAN MICHEL BLANQUER A LYON

COMPTE RENDU d’AUDIENCE INTERSYNDICALE

Nous avons été mis au courant très tardivement de la venue du ministre à Lyon, ce qui nous a mis dans l’impossibilité d’organiser un comité d’acceuil sous forme d’action collective (grève et rassemblement) comme nous aurions souhaité le faire. Nous avons cependant pu participer à une audience intersyndicale CGT FSU UNSA FO CFDT SGEN (Solidaires participait à l’initiative mais n’a pu être représenté)

L’intersyndicale a été reçue par Isabelle Bourhis, conseillère sociale de Blanquer, Pierre Arène, le secrétaire général de l’académie, et le DAFPIC.

Ont été abordé, de manière intersyndicale

-la réforme du lycée GT

-les effectifs dans le 1er degré et les difficultés de gestion des directeurs et directrices d’école

-la scolarité à 3 ans et la possibilité pour les familles que cette scolarité soit en jardin d’enfants municipaux au lieu d’à l’école

-les EPSF - établissements publics des savoirs fondamentaux prévus par la loi sur l’école de la confiance

-la "mise à mort" du CNESCO

-le compte personnel de formation

-la prime REP+ non versée à certains agents admin et notamment les secrétaires d’IEN

La CGT a également insisté sur les points suivants

- Les attaques sur l’éducation prioritaire : sortie des Lycées et LP du dispositif non remis en cause, attaques par le biais d’une mise en cause de la carte et d’un changement de logique d’attribution des moyens
- L’opposition à la réforme des LP et ses effets délétères en matière de condition de travail des personnels et des élèves, en matière de déqualification des élèves (notamment une moindre part au référentiel professionnel spécifique)

- Le fait qu’une nouvelle fois, ces réformes se faisaient par le passage en force, au mépris des personnels -l’absence de médecine préventive et l’absence de prise en charge de la souffrance professionnelle par le rectorat alors qu’il y aurait fort à faire,

-notre étonnement face à une école qui se présente comme inclusive mais envoie des élèves à besoins spécifiques dans des classes à effectifs surchargés, avec pénurie de personnels de vie scolaire et personnels médico-sociaux, le tout avec des enseignants de plus en plus souvent contractuels plutôt que qualifiés et formés.


-les suppressions de postes d’administratifs et administratives déjà surchargés, et la diversité de répartition entre académies du CIA (Indemnité spécifique), en disant qu’à Lyon ça nous posait gros souci,
-pour les AESH, nous avons fait part de notre indignation face à la politique de recrutement en CDD pendant 6 ans avant de pouvoir passer en CDI. La promesse de le faire maintenant en 2X3 ans, si elle est un progrès par rapport aux recours à des contrats de un an, reste un recrutement par la précarité alors que les collègues pourraient être recrutés dès le départ sur un CDI ou un statut de fonctionnaire. Nous avons dénoncé les temps partiels imposés et demandé la généralisation des temps complets, un statut national pour les EMAS, pour qui on dénonce aussi ces CDD renouvelables et l’absence d’un vrai statut.

Les réponses de Mme Bourhis :

- Sur la réforme des LP elle a répondu que certes on faisait baisser les horaires et qu’elle est bien consciente que toutes les OS n’étaient pas d’accord, que ce qu’ils ont fait consiste à rapprocher la semaine des lycéens de LP de celle des lycéens de LGT au niveau des heures, et que par contre il y aura plus de cours en petits effectifs. Pour les familles de métiers, elle dit qu’ils ont bien entendu la crainte de réduire de 3 ans à 2 ans la formation pro, qu’ils y sont très attentifs et travaillent à partir de compétences communes pour construire les secondes, champ professionnel par champ professionnel. Pas de réponse sur la mixité des élèves, pas de réponse non plus sur la disparition du dispositif REP en lycées, rien sur les conditions de travail et d’accueil des élèves.

Commentaire CGT : Aucune réponse réelle sur la déqualification, avec des déclarations d’intentions sans traduction concrète pour le moment sur le maintien d’un référentiel spécifique disciplinaire en seconde

- sur la loi "école de la confiance", elle a insisté sur le fait qu’elle n’est pas encore finalisée.

Commentaire CGT : Cette loi est une menace sur l’autonomie pédagogique et les droits d’expressions des personnels

- pour l’école à 3 ans, reprécise que c’est l’instruction qui est obligatoire pour les familles, pas la scolarisation.

- pour le 1er degré, elle a asséné plusieurs fois que la priorité absolue de Blanquer pour le quinquennat est le cycle grande section/CP/CE1, qu’il faut consolider sur tout le territoire

Commentaire CGT : les mesures en faveur des CP/CE1 ne doivent pas se faire au détriment des autres niveaux

- pour la réforme des lycées GT, AUCUNE REPONSE N’A ETE APPORTEE

Commentaire CGT : Au vu du nombre d’établissement mobilisés, c’est absence de réponse est inacceptable

- sur les "établissements publics des savoirs fondamentaux" : le ministre Blanquer n’est pas favorable à ce qu’il n’y ait qu’un seul modèle d’organisation pour le 1er degré, il est tout à fait favorable à l’idée de faire coexister plusieurs modèles. Du coup les EPSF se monteraient là où un projet local en fait la demande, par ex en zone rurale où ça peut permettre de sauver une école.

Commentaire CGT : en réalité, cette stratégie est systématiquement appliquée quand il s’agit d’imposer une réforme de structure : commencer par quelques établissements, puis généraliser le modèle

-  CNESCO  : le ministère reconnaît que celui-ci a fait des choses positives mais n’aurait pas répondu aux attentes d’évaluation. Tout système a besoin d’être évalué : L’inspecteur général a été chargé de travailler sur des critères d’évaluation des élèves et des établissements.

-Questions "RH" : le ministère encourage des initiatives académiques et départementales pour développer des RH de proximité, au plus près des besoins d’accompagnement des personnels.

- Compte personnel de formation : une note est en cours et sera bientôt envoyée aux recteurs.

- La réforme de la formation initiale est en cours, avec l’idée qu’on ne peut pas tout faire en formation initiale et que le chantier suivant sera donc d’améliorer la formation continue.

- AESH : Le ministère ne fera pas de CDI direct, ce sera bien 2X3ans (mais aucune raison n’est avancée). Sur la question des temps partiels imposés et des très petits salaires, elle dit qu’ils en sont bien conscients, les gens se sont bien exprimés lors de la consultation école inclusive, et ils travaillent à "faire progresser le temps de travail", + un travail dans le cadre des PIAL et des collectivités locales devrait permettre de proposer + de temps pleins (mais aucune explication bien sûr sur pourquoi on ne donne pas directement des temps plein actuellement là où c’est possible).

Commentaire CGT : encore une fois le motif de ce traitement inacceptable des personnels est budgétaire 

- Médecin de prévention ; en cours de recrutement d’1 médecin, + ils avaient recruté 4 infimières de prévention

Commentaire CGT : cela reste très insuffisant par rapport aux nombres de collègues concernés. Et cela n’engage à rien en matière de prise en compte des préconisations médicales par le rectorat

- Prime de REP pour les secrétaires : le secrétaire général refuse de le faire, dit que ce serait choquant qu’au rectorat deux secrétaires travaillant côte à côte voient l’une toucher la prime et l’autre pas sous prétexte qu’elle s’occupe de rep+ et pas l’autre d’autant plus qu’elles n’ont pas affaire aux élèves

Commentaire CGT : les IEN non plus n’ont pas affaire aux élèves mais la touchent

- RIFSEEP, CIA et différences entre académies : Mme Bourhis admet qu’il y a des disparités de fonctionnement entre acad et que ce sera réajusté prochainement car le RIFSEEP doit être évalué.

Tout ce que la CGT Educ’Action dénonce de risques de casse de l’uniformité du service éducation nationale sur le territoire, de l’évaluation des établissements, de la mise en compétition des personnels et des établissements, du grand bradage de l’Éducation nationale et d’un paysage éducatif qui fera la part belle au marché du privé est confirmé.

PDF - 638 ko

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons