CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

AESH et réouverture des établissements scolaires

mardi 21 avril 2020

L’annonce de la réouverture des écoles et établissements le 11 mai suscite de nombreuses inquiétudes chez les personnels et les familles. Le gouvernement ne donne aucune garantie de sécurité et va à l’encontre des recommandations scientifiques en rouvrant si tôt les écoles et établissements.

Pour les AESH, l’accompagnement des élèves en situation de handicap se fait dans une grande promiscuité : dans plus de 90% des situations, l’AESH se place à côté l’élève accompagné.e pour vérifier la compréhension, reformuler, noter sous la dictée etc., et se tient très proche de l’élève pour pouvoir communiquer sans gêner le cours. De plus, certain.es élèves nécessitent des soins aux corps tels qu’aide au passage aux toilettes, prise de repas ou gestes réguliers d’aide à l’hygiène. Comment, dans ce cas, concilier besoins d’accompagnement de l’élève et respect des gestes barrières ?


Malgré le ton se voulant rassurant de J-M Blanquer, nous savons qu’aucun matériel ni dispositif suffisant ne pourra être mis en place pour garantir la non-contamination des élèves que nous accompagnons et la nôtre.

La CGT Educ’action refuse que l’école serve de garderie pour contraindre les parents à retourner au travail. Le gouvernement clame que la réouverture est rendue nécessaire pour soutenir les élèves les plus fragiles et les plus éloigné.es du système scolaire, mais ce discours n’est pas crédible de la part d’un gouvernement qui a systématiquement diminué les budgets de l’Éducation nationale, accru la portée des différences sociales entre établissement, saboté les voies d’enseignement professionnel et diminué l’accompagnement des élèves en situation de handicap de façon dramatique. Les chiffres sont sans appel : au 31 mars 2019, notre académie comptait 17046 élèves avec notification d’aide humaine, suivis par 6278 accompagnant.es. Au 31 décembre 2019, après mise en place de PIAls, notre académie comptait 19279 élèves pour seulement 5334 accompagnants ! Nous constatons ainsi une augmentation du nombre d’élèves notifiés de 13%, parallèle à une baisse de 15% du nombres d’accompagnants depuis la mise en place de PIALs qui ne couvrent pour l’instant qu’une partie des établissements, et est amenée à se généraliser.

Nous nous souvenons tous et toutes douloureusement du mépris témoigné aux AESH à la rentrée, alors que nombre de collègues ont été amené.es à commencer le travail sans contrat, et que de nombreux et nombreuses collègues n’étaient pas rémunéré.es, les plaçant dans une situation dramatique, l’administration refusant tout dédommagement et toute prise en charge des frais bancaires occasionnés. Une période de tension et d’inquiétude inacceptable a de nouveau été imposée à des collègues durant le confinement : des accompagnant.es en contrat aidé qui devaient signer leur contrat d’AESH pendant le confinement se sont vu.es demander par l’administration de s’inscrire à Pôle Emploi ! La CGT a été l’unique syndicat à interpeller l’administration sur ce sujet lors des rencontres administration/organisations syndicales mises en place pendant le confinement. Le rectorat s’est finalement engagé fermement lors de notre dernière interpellation, contactez-nous si des situations non-résolues persistent. Retrouvez notre courrier au recteur ICI.

Concernant la réouverture des établissements scolaires le 11 mai, des informations supplémentaires doivent être communiquées d’ici 10 jours. Dans le Rhône, nous continuons à œuvrer pour que l’inspection académique prenne ses responsabilités face à la protection des personnels et des élèves et se positionne sur la non réouverture des écoles et établissements de la région.

Nous invitons tous les collègues à se réunir en HIS "virtuelle" afin de discuter des conditions de reprise et à formuler un droit d’alerte avant le 11 mai par le biais du questionnaire ci-contre, adressé à leur chef.fe d’établissement, IEN, chef de service etc, avec copie au CHSCT départemental et au CHSCT académique. Pour tout accompagnement ou conseil concernant cette initiative, contactez-nous !

Il s’agit de rappeler aux chef.fes de service leur responsabilité juridique pleine et entière si des collègues ou des élèves venaient à être victimes du coronavirus faute d’une organisation adéquate permettant de préserver la santé des personnels, et de leur demander, à défaut de pouvoir garantir ces conditions, de prendre les décisions de fermeture qui s’imposent. 

Le droit d’alerte pour "Danger grave et imminent" permet, si la réponse n’est pas satisfaisante et si les conditions de sécurité sanitaire ne sont pas réunies, d’exercer ensuite son droit de retrait. Retrouvez toutes les informations légales et techniques ICI.

Des pressions seront sans doute exercées afin de dénier aux personnels leur droit de retrait, et en enjoignant les collègues à reprendre le travail sans que les conditions sanitaires soient réunies. Dans cette hypothèse, la CGT a déposé un préavis de grève pour permettre de cesser collectivement le travail afin de faire face ensemble à de telles pressions.

L’équipe CGT Educ’action 69


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons