CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

Travailler plus pour gagner plus : Un marché de dupes !

vendredi 5 septembre 2008, par CGT Educ’action Rhône

La revalorisation -promise par N.Sarkozy !- de la fonction enseignante débouche sur le "travailler plus pour gagner plus"... à coup d’heures supplémentaires, avec plus d’élèves, l’individualisation des parcours professionnels et la survalorisation du "mérite".

PDF - 201.6 ko
Heures sup. 4pages

C’est dans le cadre de cette stratégie qu’il faut aborder le problème des heures supplémentaires et sa carotte, "la détaxation". Elle s’applique aux enseignants comme à tous les salariés. L’efficacité pédagogique et éducative, donc sociale, passe alors aux oubliettes, au profit d’une « rentabilité économique » à court terme. C’est choisir le quantitatif au détriment du qualitatif !

Depuis des années, la CGTÉduc’action dénonce le mode de calcul de ces heures... Dans l’Éducation nationale, une Heure Supplémentaire Année (HSA) est moins payée qu’une heure incluse dans le service. Le ministre privilégie l’Heure Supplémentaire Effective (HSE), plus économique.

Aujourd’hui, elle dénonce la détaxation Ces heures supplémentaires détaxées qui représentent une exonération d’impôt sur le revenu et de charges salariales et patronales, peuvent séduire, mais une réduction d’impôts conduit inexorablement à une stagnation de la rémunération des agents de l’État et à une régression de l’emploi public.

Il ne s’agit pas d’une mesure salariale Cela ne peut répondre aux attentes collectives augmentation du pouvoir d’achat ! Elle ne concerne que ceux à qui l’employeur propose ou impose des heures supplémentaires, ce qui aggrave les inégalités entre salariés. Les moins payés d’entre eux, ne payant pas d’impôt, ne sont pas concernés. Les allègements seront financés par tous les contribuables (tous ne font pas d’heures supplémentaires !), d’où la baisse des revenus.

Il s’agit d’un allongement de la durée du travail C’est aussi le cas des salariés du privé à qui le gouvernement veut imposer des semaines de 48 heures (durée légale européenne).

Il n’y a pas de contrôle. Rien n’est prévu pour combattre les pratiques illégales ni pour sanctionner les employeurs qui ne paient pas ces heures. C’est le premier motif de recours des salariés aux Prud’hommes (l’État, pour les heures supplémentaires des policiers et infirmières !).

Ce dispositif met en péril le financement de la protection sociale, même si ces exonérations seront compensées par l’État. Ces formes de travail supplémentaires, par ailleurs sous payées, entraînent et justifient les suppressions massives d’emplois dans l’éducation (-13 500 en 2009).

Pour toutes ces raisons, la CGT appelle à se mobiliser pour le maintien de la durée légale du travail et l’augmentation des salaires.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons