CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

Cent jours... n’est-ce pas suffisant pour une telle politique ?

vendredi 2 septembre 2005

Il n’aura pas fallu cent jours pour convaincre les salariés qu’il n’était pas dans les intentions du nouveau gouvernement d’esquisser une nouvelle politique.

Les orientations gouvernementales ignorent totalement les besoins sociaux qui ont motivé les luttes des salariés ces derniers mois et dont le 10 mars a été l’expression la plus forte.

Emploi, salaires, conditions de travail, services publics, sont plus que jamais au cœur des préoccupations de l’ensemble des salariés en cette rentrée alors que le gouvernement continue son travail de sape comme l’ont confirmé les diverses mesures adoptées cet été. Le contenu de la Conférence de presse de M. VILLEPIN n’est pas de nature à nous rassurer.

Ainsi en va-t-il de la poursuite du « détricotage » de la législation du travail ;
- Contrat nouvel embauche, « faux CDI mais vrai contrat précaire »,
- Discriminations envers les jeunes salariés (moins de 26 ans) qui ne sont plus comptabilisés dans les effectifs des entreprises et des collectivités territoriales
- Contrôle accru des privés d’emplois et renforcement des sanctions.

Ainsi en va-t-il de la poursuite de la casse des services publics :
- Privatisation de GDF et d’EDF, des autoroutes,
- Fermeture ou réduction des lignes interrégionales SNCF, et proposition de reporter le financement de ces lignes sur les régions. Les cheminots rejoindront-ils les personnels de l’équipement et les TOS dans le giron des collectivités territoriales ?

A cela s’ajoute la perte du pouvoir d’achat confirmée par le rapport de l’Insee publié en juin dernier, perte qui ne s’explique pas seulement par la flambée des cours du pétrole mais également et peut-être surtout, par les politiques salariales menées depuis de longues années.

Même partition au ministère de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

- Le cycle de rencontres estivales imposé par Gilles de Robien et François Goulard aux organisations syndicales et à « Sauvons la Recherche » ne répond pas aux attentes des personnels qui se sont mobilisés pour une politique de recherche ambitieuse et de long terme.

Ainsi, les ministres ont confirmé : le rôle prépondérant de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) au détriment des laboratoires dans le financement des projets, le rôle structurant des 67 pôles de compétitivité qui risquent d’assujettir la recherche publique aux entreprises...

En revanche, ils se refusent à s’engager sur une programmation des emplois statutaires et des moyens.

- Même surdité vis-à-vis des personnels de l’éducation nationale. Faisant peu de cas du rejet quasi unanime par le Conseil Supérieur de l’Education (CSE) de 7 décrets d’application de la loi d’orientation sur les 9 présentés, le ministre passe en force.

Loin de garantir la réussite de tous, la loi, dont nous continuons de revendiquer l’abrogation, hypothèque les missions d’éducation et de formation de tous les jeunes, alourdit la charge de travail des personnels en élargissant leurs missions...

Cette loi s’accompagne d’une nouvelle saignée sur les emplois ; la rentrée 2005 s’effectue avec 5000 suppressions d’emplois et l’avant projet de budget 2006 prévoit la suppression de 2797 emplois de l’enseignement scolaire.

Par ailleurs, le programme de disparition des surveillants (MI/SE) et des aides éducateurs se poursuit sans être, pour autant, compensé par le recrutement d’assistants d’éducation.

Et, ce n’est pas l’annonce par Gilles de Robien et Jean François Borloo de l’embauche de 25 000 contrats d’accompagnement vers l’emploi (CAE) et de 15 000 contrats d’avenir dans l’éducation qui résoudra cette équation. D’autant que ces derniers se substituent, pour partie seulement, aux CES/CEC et emplois jeunes qui, faute de volonté politique de transformer en emploi de fonctionnaire ces emplois précaires, se retrouvent privés d’emploi !

- Il est vrai que certaines collectivités territoriales semblent en attente de ces nouveaux contrats aidés pour suppléer à l’absence de recrutement de personnel TOS si ces derniers devaient, malgré l’hostilité des personnels, et alors que les modalités sont encore loin d’être toutes définies, être transférés à ces collectivités.

Emploi, salaire, conditions de travail, services publics, c’est autour de ces enjeux que, sur chaque lieu de travail, la CGT vous appelle à débattre, mobiliser dans la perspective de construire, avec l’ensemble des salariés, dans l’unité la plus large, une action nationale de luttes dans les semaines à venir.

Montreuil, le 2 septembre 2005


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons