CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

GRETA : COMPTE RENDU DES ASSISES NATIONALES

Continuons la mobilisation

mercredi 20 juin 2012, par Stephane

PDF - 2.9 Mo
Livre Blanc des GRETA

COMPTE RENDU DES ASSISES NATIONALES POUR LES GRETA

Après la mobilisation du 9 février 2012, les contre assises académiques aux alentours du 10 mai dans le but de rédiger un livre blanc des GRETA, à l’initiative d’une interfédérale assez large, les contre-assises GRETA se sont donc déroulées le 7 juin au Lycée Pierre Gilles de Gennes  à Paris.

L’assemblée était composée de nombreux représentants des GRETA de la France entière et l’ensemble des catégories de personnels étaient là avec, malgré tout, une sous représentation des personnels administratifs et assez peu de formateurs, il est vrai. Etaient présents également des représentants de l’ANACFOC, des enseignants représentants syndicaux, des membres de l’ARREG. 

La matinée a été consacrée à la présentation de la synthèse du livre blanc rédigée à partir des livres blancs écrits en région et dont chaque point, ou presque, a été commenté par les témoignages des intervenants de la salle. Le débat a ainsi permis de démontrer l’attachement des personnels à cet outil de formation, leur pugnacité pour le défendre et leur volonté de le garder dans le giron de l’Education nationale. Il faut réinscrire la formation continue dans le Code de l’éducation.

Il a également démontré la dégradation des conditions de travail face à la pression permanente de la rentabilité financière à laquelle sont sujets les Greta depuis leur soumission au code des marchés publics et l’obligation de répondre aux appels d’offre. De même, l’accent a été mis sur la baisse de la qualité du service rendu à l’usager dans le cadre des Greta, en raison des impératifs financiers qui opposent qualité et rentabilité et des directives européennes qui livrent les organismes de formation à la marchandisation.

Enfin, il a permis de mettre en lumière le refus des personnels de l’imposition du statut de GIP sans aucune concertation en raison des vives inquiétudes liées aux incertitudes, à la fois pour le personnel, mais aussi tout simplement pour la pérennité des Greta et leur avenir dans des conditions aussi floues.

L’après-midi, c’est Roland Vathier, « Père des Greta » qui a ouvert le débat en présentant la genèse des GRETA et les conditions de leur mise en place. Puis ce fut au tour de Vincent Merle, professeur au CNAM de Bordeaux,  de présenter son point de vue sur l’évolution des Greta et leur existence dans la perspective de l’acte 3 de la décentralisation en faisant la comparaison avec le CNAM, autre acteur public de la formation continue dans l’enseignement supérieur.

Cela nous a permis de lancer le débat sur l’avenir des GRETA, à la fois dans le cadre de la politique de la formation professionnelle du nouveau gouvernement mais aussi et surtout dans celle de la prochaine étape de la régionalisation voulue par l’ARF. Le tout devant être discuté lors de la conférence sociale de la mi-juillet. Pour illustrer le propos, des camarades de l’AFPA et du CNAM sont venus faire le bilan de leur situation et présenter leur actualité revendicative. Cela nous a confortés dans l’idée que les GRETA devaient évoluer mais que cette évolution ne passait pas par le GIP.

Leur témoignage a permis d’établir des similitudes dans les risques encourus par l’ensemble des organismes publics de formation et a démontré la nécessité d’établir des convergences dans les revendications de l’ensemble des acteurs de la formation professionnelle publique, notamment celle très forte de l’impérieuse nécessité de conserver le cadre de service public pour des missions accessibles à tous et sur l’ensemble du territoire. 

Les "annonces officieuses rassurantes" pendant la campagne ou auprès de l’AREG, après la nomination de V.Peillon, ont participé à une certaine démobilisation des personnels qui ont pensé la bataille du moratoire gagnée. Le réveil est douloureux. L’interfédérale nationale, elle-même a préparé ces assises en pensant que le moratoire était quasiment gagné. Les différentes audiences réalisées depuis avec les organisations syndicales ont montré qu’il n’en était rien.

Il convient donc de réagir très rapidement et nous avons proposé une déclaration commune lors du prochain Conseil Technique Ministériel du 20 juin 2012.



Déclaration commune des organisations syndicales

Au CTM du 20 juin 2012

 

 

Dans la poursuite de l’action engagée par les personnels des GRETA, le 9 février 2012, pour s’opposer à la transformation des GRETA en GIP, l’intersyndicale nationale des personnels de GRETA a décidé la tenue de contre assises académiques au mois de mai puis la tenue d’assises nationales qui se sont tenues le jeudi 7 juin.

 

A l’issue des ces initiatives, l’intersyndicale a souhaité rencontrer le Ministre de l’Education Vincent PEILLON.

 

Nous avions eu, avec le précédent ministre, Luc Chatel, une démarche similaire. Celui-ci voulait imposer, à marche forcée, la transformation  des  GRETA en GIP, transformation toujours en cours.

 

Le conseiller social du Ministre a reçu une délégation de l’intersyndicale le 14 juin.

A l’issue de cette audience notre inquiétude demeure, c’est pourquoi  les représentants des personnels ont demandé, à lunanimité, d’inscrire à lordre du jour du de ce premier CTM, celui du 20 juin,  la question de lavenir des GRETA et de la FCA.

 

Nous pouvons reprendre intégralement notre déclaration. Les revendications des personnels n’ont pas changé, leur exigence d’être entendus non plus.

 

Grâce au travail et à l’implication des personnels, le réseau des GRETA est devenu lun des plus grands opérateurs de formation continue en France. Réseau dynamique, il forme chaque année près de 500 000 stagiaires : salariés, demandeurs demploi (dont une majorité de catégories ouvriers et employés) et jeunes sortis de l’École sans qualification. Maillon indispensable de la cohésion sociale, le réseau des GRETA est un outil public de formation continue de haute utilité sociale : il est garant dun maillage fort des territoires, au plus près des citoyens et des entreprises.

 

Au prétexte d’une indispensable réforme, qui devrait avoir pour objectif l’amélioration du fonctionnement des structures et de la gestion des personnels, l’État chercherait à se  désengager.

 

L’ancien Ministre voulait placer les GRETA hors de l’Éducation Nationale en les transformant en groupements d’intérêt public (GIP) autonomes. Les personnels ne seraient plus alors des agents de l’Éducation nationale et les GRETA devraient supporter des charges financières nouvelles mettant en cause leur viabilité. Ce projet qui sort la mission de formation continue de l’Éducation nationale et, qui pénalise les personnels, pose de nombreuses difficultés techniques, juridiques et financières que le ministère  n’a pas étudiées. 

Le nouveau Ministre doit aujourd’hui très clairement indiquer dans quelle voie il s’engage.

Les acteurs des GRETA (personnels administratifs, formateurs, coordinateurs, conseillers en formation continue, services formation continue des Rectorats, agents comptables, chefs d’établissement...) sont opposés à cette réforme et dénoncent le mépris envers les personnels. Ce sont eux  qui font vivre, grâce à leur engagement et leur implication, un réseau des Greta efficace et puissant malgré un contexte concurrentiel.

 Les organisations syndicales unanimes demandent en urgence l’arrêt de la  transformation des GRETA en GIP et l’ouverture immédiate d’une véritable négociation qui  :

 

- garantisse la viabilité des GRETA, préserve la cohérence du réseau et son appartenance au service public d’éducation  en abandonnant le passage en GIP  ;

- reconnaisse enfin lengagement et limplication des personnels des GRETA depuis des années :

. en garantissant l’emploi de tous les précaires et en leur donnant accès à la loi réduisant la précarité dans la Fonction publique.

. en préservant l’emploi des titulaires au sein des GRETA

. en maintenant les CFC personnels de rectorat chargés de la mise en œuvre de la politique académique au sein des GRETA

- préserve dans les territoires une offre de formation continue de proximité ;

- revienne sur les décisions de désengagement de l’état notamment concernant les postes des conseillers en formation continue.

 

Il y a quelques semaines, François Hollande, aujourd’hui Président de la République, affirmait

 

« Le Changement c’est maintenant »

 

Pour les personnels des GRETA et les organisations syndicales qui les représentent, cela ne peut avoir qu’une seule implication : la décision de suspendre immédiatement le processus de transformation en gip et l’injonction, du Ministre de l’Education en direction des Recteurs pour que dans toutes les académies les services arrêtent le processus en cours.

Elle attend du nouveau gouvernement la décision  que le précédent gouvernement avait refusé de prendre malgré l’expression unanime de toutes les organisations.

 Les organisations syndicales appellent les personnels à amplifier la mobilisation pour qu’ils soient enfin entendus.  Il en va de l’avenir  de la formation continue des adultes et du réseau national des GRETA, un acteur essentiel de celle-ci.

 

PDF - 2.9 Mo
Livre Blanc des GRETA

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons