CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

Etat des lieux de la Mission Générale d’Insertion pour la prochaine rentrée

vendredi 7 juillet 2006

En septembre 2005, toutes les académies s’étaient mobilisées pour éviter les suppressions de poste des MGI. Pour l’Académie de Lyon, une vingtaine de postes de titulaires et contractuels était menacée. Une forte mobilisation avait permis d’éviter ces licenciements dûs à une mauvaise gestion d’un Fond Social Européén piloté par le Ministère.

Pour la prochaine rentrée.

Afin d’éviter le renouvellement d’une telle situation, nous avons demandé une audience auprès du CSAIO (Conseiller Académique de l’Information et l’Orientation). Pour septembre 2006, 46 ETP(Equivalent temps plein) seront au sein de la MGI. Le CSAIO nous indique que le financement de la MGI est assuré par un nouveau FSE géré par l’Académie . Ainsi la MGI se retrouve dans des conditions normales (à moyens constants...sans embauches supplémentaires)mais pas dans la situation dans l’an passé. Pourtant, la situation de 2 ou 3 collègues contractuels est incertaine. La chute des effectifs élèves sur Venissieux, l’intégration de collègues PLP et l’intégration de collègues certifiés en ingénierie de la formation provenant des GRETA risquent d’entraîner ces pertes de postes. Voilà à nouveau des répercussions du désengagement de la politique ministérielle dans les GRETA et auprès des jeunes sortis du système éducatif.

Les contrats CDI

Concernant les contrats CDI proposés aux contractuels ayant effectué un service consécutif de 6 années à temps plein, la Directrice des ressources humaines nous a informé de la position du Rectorat. Jusqu’à maintenant, plusieurs Académies avaient interprété le texte de loi en écartant les personnels MGI de ce dispositif. A la relecture de la loi, le Rectorat de Lyon se positionnerait pour l’intégration des personnels MGI dans la proposition de CDI. Pour l’instant, 50% des contractuels seraient concernés. Une étude au cas par cas sera faite. Il est à savoir que si lors d’une année, un contractuel est à mi-temps, ce temps partiel entraînera le recommencement à zéro de ces annuités pour obtenir un CDI. De nombreux collègues risquent d’être déçus car cette loi très restrictive ne règle vraiment pas le problème de la précarité des contractuels. Une titularisation le serait.

Voir en ligne : Mission Générale d’Insertion : Etat des lieux pour la prochaine rentrée


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons