CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

Le 20 novembre, la grève s’impose ! Manif à 10 h 30 place Jean Macé

mardi 20 novembre 2007

Depuis son accession à la Présidence, Nicolas Sarkozy occupe l’espace médiatique et allie dans son discours démagogie et confusion. Pourtant, pour l’immense majorité des salariés, privés d’emploi et retraités, cette stratégie ne peut masquer la réalité des effets désastreux de sa politique économique et sociale.

Pour les fonctionnaires des services publics en général et de l’éducation en particulier, le "Travailler plus pour gagner plus" se réduit au "Travailler plus" !

Rémunérations :Nous subissons une perte de pouvoir d’achat de 6,5 % depuis janvier 2000, mais le ministre refuse toute ouverture de négociation salariale.

Précarité : Les suppressions répétées d’emplois ferment toute perspective de titularisation pour des milliers de précaires. Le CDI ne concerne qu’une infime partie d’entre eux -et ne garantit pas le réemploi !-. Il n’est donc pas la bonne réponse.

Dans le système éducatif :Au nom du dogme du non remplacement de tous les départs en retraite, de nouvelles suppressions sont prévues au budget 2008 : 11 200 dans l’Education, 22 900 dans la Fonction publique. Un emploi sur trois cette année, un sur deux d’ici la fin du mandat présidentiel, des recrutements en chute libre.

Carte scolaire… : Pour N. Sarkozy, elle serait « l’instrument de la ségrégation ». Pourtant, ce sont bien les politiques de l’emploi, de la ville et du logement qui accroissent les écarts entre groupes sociaux et concentrent la pauvreté dans les quartiers où les inégalités imprègnent l’école, dès la maternelle. Supprimer la carte scolaire, c’est réduire encore la mixité sociale, c’est renforcer la hiérarchisation des etablissements et accentuer la ghettoïsation des plus démunis.

Retraites : En mettant au devant de la scène les régimes spéciaux de retraites et en procédant par ultimatum, le Président tente de diviser les salariés, escomptant le soutien de l’opinion publique.

Le gouvernement reporte à 2008 le réexamen de l’ensemble du dossier "retraites" pour égaliser tout le monde, public et privé, à 41 ans puis à 42…, avec à la clef, une baisse générale du niveau des pensions.

Les mesures de 1993 et de 2003 n’ont rien réglé. Il faut exiger d’autres contenus de négociation. Pour la CGT, être attaché à l’égalité des salariés, ce n’est pas cautionner un alignement par le bas de leurs droits.

pour télécharger le tract du SDEN CGT Rhône :

Voir en ligne : http://


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons