CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

POUR IMPOSER D’AUTRES CHOIX POLITIQUES, TOUS EN GREVE LE 23 MARS - Communiqué de Presse

mardi 2 mars 2010

Chômage en hausse, fermetures d’entreprises, pouvoir d’achat en berne, remise en cause de l’utilité sociale et économique du service public, attaque contre notre système solidaire de retraite… Non, la crise n’est pas terminée pour la majorité des salariés et retraités de notre pays, contrairement aux propos de Sarkozy qui ne connaît que la reprise des distributions des bonus aux traders, des dividendes colossaux aux actionnaires.

C’est pourquoi la Ferc-Cgt appelle les syndiqués, les salariés de ses secteurs à participer massivement à la journée de grèves et de manifestations unitaires des cinq organisations (CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaire) le 23 mars pour la défense de l’emploi, des conditions de départ à le retraite et des régimes, la revalorisation des salaires, des pensions et retraites, des politiques publiques au service de la population.

 
La révision des politiques publiques mise en œuvre depuis deux ans dans les administrations centrales des ministères, dans les services déconcentrés de l’Etat – mise en place des DDI et DRI - .Elle se traduit par la réorganisation profonde des établissements – universités, établissements de recherche, de culture - la fermeture de certains d’entre eux – CNDP, CREPS…- Elle vise les opérateurs publics – de la Culture, de la Formation Professionnelle - par le biais notamment de la baisse des subventions de l’Etat et / ou des régions. Elle pose sans ambiguïté les questions fondamentales de l’utilité sociale et économique du service public.

Elle a des conséquences considérables sur l’emploi ; ainsi ce sont près de 100 000 emplois depuis 2007 qui ont été détruits dans la fonction publique de l’Etat, dont plus de la moitié pour la seule Education Nationale. Ces suppressions d’emplois génèrent le recours à des contractuels, des vacataires ; ils sont près de 40 % dans l’enseignement supérieur et la recherche, 50 % à la culture… et participent à la remise en cause concrète, rapide, des statuts ainsi que des garanties collectives de tous les personnels.

Les mesures d’individualisation de la rémunération, notamment au travers de la politique indemnitaire, y compris avec une « prime d’intéressement collectif » dans la fonction publique sont un des aspects de ces attaques contre les garanties collectives.

Dans le public comme dans le privé, le choix d’amplifier considérablement la part variable du salaire accentue la mise en concurrence des salariés au sein des collectifs de travail, fait du salaire un élément essentiel de pression sur le salarié. Il contribue à la dégradation des relations de travail dans les équipes et dans les établissements, crée des situations de concurrences, individualise une discussion qui doit avant tout être une négociation collective.

Cette politique, renforcée par la situation de crise économique et sociale n’a fait qu’aggraver la perte du pouvoir d’achat de l’ensemble des salariés.

La destruction de l’emploi et l’absence de revalorisation des salaires participent des difficultés rencontrées pour le maintien de notre protection sociale telle que nous la connaissons aujourd’hui. Après la remise en cause des régimes spéciaux, ce qui s’est traduit par l’allongement de la durée de cotisation, l’indexation des pensions et retraites sur les prix, la réforme de l’Ircantec, entérinant à la fois une baisse des pensions et une augmentation des cotisations, le gouvernement envisage de nouveau l’allongement de la durée de cotisation et le recul des limites d’âge de départ à la retraite.

 
La FERC CGT appelle donc les personnels de tous les secteurs à participer nombreux à la journée de grève et de manifestations interprofessionnelles le mardi 23 mars.

La FERC-CGT appelle à construire dans tous ses secteurs des rassemblements syndicaux les plus larges possibles afin d’assurer une mobilisation exceptionnelle des salariés et retraités, condition nécessaire pour faire reculer le gouvernement et obtenir le retrait des contre-réformes et ;

Pour imposer d’autres choix politiques à ce gouvernement et au patronat en faveur

 · de l’emploi stable dans le privé et le public,

 · des garanties statutaires et / ou collectives

 · de l’augmentation des salaires et des pensions

 · du développement des politiques publiques pour répondre aux besoins de la population et non aux exigences des actionnaires !


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons