CGT Éduc'Action Lyon est aussi sur...
CGT Éduc'Action Lyon sur Twitter CGT Éduc'Action Lyon sur Facebook
CGT Educ’Action 69

Mardi 12 février 2013 : Toutes et tous en grève !

mercredi 6 février 2013

Suite à une interfédérale réunissant l’ensemble des fédérations de l’Education, la FERC-CGT, la FNEC-FP-FO, SUD-Education, la CNT-Education et la FAEN ont appelé ensemble à la grève pour le mardi 12 février 2013 :

  • Pour une amélioration des conditions de travail et de rémunération,
  • Pour l’abandon du projet de loi d’orientation sur l’école,
  • Pour l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires.

La CGT Educ’action appelle à la manifestation Place des terreaux à 14 H 30

Le projet de loi d’orientation de l’école se place dans la continuité des mesures des gouvernements précédents en reprenant les fondements idéologiques (socle commun, livret de compétences, bac pro 3 ans, réforme du lycée...) et renforce la précarité. Ce projet de loi s’inscrit dans l’acte III de la décentralisation. Un cap supplémentaire serait franchi, avec le pilotage des cartes de formation professionnelle et la prise en charge des services d’orientation par les régions, ainsi que le transfert aux collectivités locales d’un certain nombre de missions incombant, dans le premier degré, à l’Éducation nationale. Avec la décentralisation, l’Éducation perdrait son caractère national. Nous ne laisserons pas faire ! Les créations de postes annoncées pour la rentrée 2013 masquent les suppressions subies et sont très loin de répondre aux besoins. Elles ne permettent même pas de revenir à la situation pourtant déjà dégradée de 2011. Sur l’ensemble du quinquennat, la loi de programmation ne couvre pas les suppressions d’emplois, et les nouvelles missions fixées par cette loi ne sont pas budgétées. Pour la CGT Éduc’action, ce projet de loi ne doit pas être réécrit ou amélioré, il doit tout simplement être abandonné. Il n’est pas pour autant question d’en rester à la situation telle qu’elle existe actuellement : il est nécessaire de « refonder » réellement l’école et, pour ce faire, seul un rapport de forces permettra d’engager des discussions sur la base des revendications des personnels. Contrairement à ce qui est annoncé par le ministre, dans le premier degré, la réforme des rythmes scolaires va dégrader les conditions d’apprentissage des élèves et de travail des personnels (alourdissement de la charge de travail, multiplication des missions, souffrance au travail encore accrue…). La CGT Éduc’action revendique la déconnexion du temps de présence élèves/enseignants (dans le premier degré) et la réduction du temps de travail pour tous.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons