CGT Educ'Action Lyon

Livret Scolaire Unique, stop aux pressions hiérarchiques !

jeudi 8 décembre 2016

Livret
Scolaire Unique,
stop aux pressions hiérarchiques !


Depuis la rentrée, et plus
particulièrement en cette fin de trimestre, de très
nombreux-ses collègues s’inquiètent de l’obligation
qui leur est faite par leurs chef-es d’établissement
ou Inspecteur-trice-s de remplir le Livret Scolaire
Unique (Numérique).
 
La CGT Éduc’action tient à rappeler que les textes
réglementaires devant instaurer ce livret ont été
retirés de l’ordre du jour du Conseil Supérieur de l’
Éducation de septembre 2016
et qu’ils devront être représentés d’ici juin 2017.
Dans ces conditions, cette année scolaire est une
année de test et l’utilisation du livret scolaire
numérique n’est pas obligatoire ni généralisée. Le
ministère avait d’ailleurs indiqué que "la version
numérique du LSUN n’était pas immédiatement
obligatoire, seul le bilan de fin de cycle est
incontournable"
.

Cependant, dans de très nombreux départements, la
hiérarchie a tenté de passer en force auprès des
collègues pour les obliger à utiliser cet outil qui
s’est rapidement révélé incomplet et peu utilisable en
l’état. Après de très nombreuses interpellations
syndicales, la DGESCO et les DASEN ont été obligés de
répondre aux personnels. Dans un courrier daté du
1er décembre, Florence Robine, Directrice Générale
de l’Enseignement Scolaire, précise que les
anciennes modalités sont toujours applicables en
l’absence de LSU opérationnel et que la
communication des résultats scolaires aux parents
peut encore se faire en version papier.


Pour la CGT Éduc’action, ces annonces sont une
première victoire pour les personnels qui étaient
soumis à de nouvelles charges de travail. Elle reste
cependant perplexe face au maintien temporaire du
Livret de Compétences et à l’instauration prochaine du
LSU. En effet, si nous craignons un outil numérique
sans garde-fous, nous rappelons surtout que la
priorité de l’Éducation nationale n’est pas d’"assurer
la maîtrise" du socle commun de compétences et de
connaissances via ses livrets, mais qu’il faut en
finir avec ce socle commun lui-même. Nous continuons
donc à revendiquer un service public d’éducation
progressiste, non réduit aux seuls apprentissages d’un
socle commun de savoirs formatés pour satisfaire le
patronat, qui permette à tou-tes l’accès à une culture
commune émancipatrice.
Dans cette optique,
la CGT Éduc’action
revendique la liberté laissée aux équipes
pédagogiques de définir les modalités de
communication vers les familles.


Montreuil, le 8 décembre 2016


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Photo Bourse du Travail : Art Grafix (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons